à la Une

Bonjour de Saumur !

Il était évident de commencer ce numéro par l'actualité phare de l'année en Goldheim : La section World of Tanks s'est réunie à Saumur, à l'occasion du Carrousel éponyme, et afin de visiter le Musée des Blindés ! A peine de retour de ce superbe voyage, il est déjà unanimement qualifié de véritable succès : La bonne ambiance a été au beau fixe durant tout le séjour, et était pour le moins intéressant !

Grâce à notre photographe, VenusVitrix, ces souvenirs sont bien gardés, avec plus de 1000 photographies prises, du Vendredi soir à l'arrivée de l'équipe, jusqu'au samedi soir, au restaurant.
Ce Vendredi, c'était également l'anniversaire de Goldheim. 2 ans d'aventure sous notre bannière, à prôner qualité de jeu, respect et surtout, bonne humeur. Le fait de fêter l'anniversaire de l'alliance avec la division World of Tanks prends d'autant plus de sens lorsqu'on sait que cette section a été la première à voir le jour sous notre nouveau nom, symbolisant le renouveau de notre groupe.

Ainsi, cette véritable réussite réclame déjà de la population globale un nouvel événement de la sorte. Notre réponse est claire, et précise : Ce sera avec le plus grand plaisir qu'en 2019, nous nous attacherons de nouveau à réaliser une sortie commune à Goldheim, en espérant être encore plus fédérateur et plus nombreux qu'avant.

En attendant, vous pouvez retrouver les photos prises sur notre site officiel. De même, n'hésitez pas à nous envoyer par mail ou sur le forum vos clichés, vos retours et avis ! Encore merci à tous pour votre bonne humeur durant tout ce séjour. Merci Conki, Eraclesse, Pierro, Nuch, Goodwood et Rambob. Et merci à OurumoV, Artheriom et VenusVitrix pour l'organisation.


Joyeux anniversaire !

Goldheim a fêté ses deux ans le 20 juillet

Et de deux !

Voilà, ça y est, Goldheim, tel que nous le connaissons, a deux ans. Le 20 juillet 2016 naissait Goldheim, bâti sur les cendres de Nelva, par la force de deux fondateurs : VenusVitrix, et Artheriom. Très vite, ils ont été rejoints par des membres hors-pairs, des pionniers. Ces derniers furent les premiers membres sur World of Tanks, qui ont insufflé une nouvelle vie de groupe. Vint ensuite les nouveaux joueurs de la section Overwatch, sous l'égide de Cnetom. Aujourd'hui, Goldheim compte, tout jeux réunis, plus de 40 joueurs, jouant sous des couleurs et des valeurs communes.

Alors, une fois n'est pas coutume, nous allons remercier ici tout les joueurs de l'équipe. Commençons sur FallenGalaxy : Merci à bart, dck07, jeanmarceude, Lovenio, Negima, Scytal, Vorian. Maintenant, continuons sur notre équipe Overwatch : Cnetom, Mayline, Theli4r, Noctis, Blue, Remjob, Toxic, Nute, Pingu, Mvplucio. Et enfin, les plus vieux, les plus chevronnés... La team WoT ! OurumoV, Nuch83, rambob15, eraclesse, pierro632009, ben672, Goodwood_44, Haldian, conkistador71, tyger67401, Ltnalth62155, Thoryal62, feu05. Et bien entendu, nos deux empereurs, VenusVitrix et Artheriom (Les doublons ont été retirés).

Devoir de mémoire

A l'occasion de nos deux ans, nous avons entamé avec Opulon, ancien Haut-Dignitaire de Nelva, un véritable travail de mémoire vis-à-vis de notre passé. L'objectif est d'établir une grande base d'information, et une chronologie des événements, des heures sombres tout comme des moments de gloire, afin d'éviter les erreurs du passé tout en faisant fructifier nos bonnes décisions.

Par ailleurs, ce dispositif permettra à tous et à toutes de connaître l'Histoire de l'alliance, et de pouvoir se l'approprier, et, pourquoi pas, forger une partie de la nouvelle histoire de Goldheim. Les résultats de ce travail seront exposés sur le site Web. Par ailleurs, si vous disposez d'élements (textes, photos, vidéos, fichiers divers) concernant notre histoire, n'hésitez pas à nous envoyer un message !

Nous préciserons également que les documents actuels se basent notamment sur des archives de Gate4Wars et de Minecraft. Nous cherchons très activement des documents issus de notre ère de Désert-Opération.

Journal Officiel

Une section reconnue d'utilité publique.

Démarches administratives

Les démarches administratives dans le but de devenir une association ont déjà été entamées. Vous pourrez retrouver très prochainement, sur le forum officiel de l'alliance, la déclaration déposée en préfecture, afin que vous puissiez en lire le contenu. Le bureau constitutif est déjà créé, les prochaines élections auront donc lieu en 2021; le bureau en lui-même sera élu en 2022.

Communist mode engaged

Sur décision du chef de section, notre division World of Tanks se dote d'un compte de formation, partagé librement par tout les membres du groupe, qui sont invités à le monter pour lui permettre d'avoir un T8. Si vous avez l'âme d'un farmeur chinoise, ou simplement l'envie d'être comme un galérien, n'hésitez pas à passer. Nous sommes coordonnés sur le Discord, pour cette opération.

Cascade de patchs

Depuis un mois, les serveurs de Goldheim subissent une montagne de patchs, ayant apporté tout un tas de bonne choses ! Entre autre, l'Ære Goldheim, des améliorations sur le Forum, le système de catégorie, et bien d'autre ! Dans le futur, nous implémenterons entre autre une communication par pigeon voyageur, et une collection de touillettes vertes. Stay Tuned !



Nouveau blaz"

Quand Goldheim naquît, en 2016, il nous semblait important d'avoir un blason, un logo, une emblème. Sauf que, on l'avait conçu à la base pour le site Web. Hors, les usages actuels nous imposaient une résolution plus grande. Voici donc le nouveau logo :


Comme vous le constatez, peu de changement, mais désormais, on a un logo en 4K, et ça, c'est cool. Toutefois, le design de la hache a été légérement retravaillé.

Les drapôs, c'est bô

Lorsque nous avons rédigé nos nouveaux textes, nous nous sommes aperçus que Goldheim n'avait toujours pas de drapeau officiel. Alors, nous en avons conçu un, très basé sur celui de Nelva, notre ancienne identité, avant 2016 :


Le orange est la couleur de la Maison Impériale, le blason son emblème. Les trois étoiles représentent les trois pouvoirs, les Ministères, la Maison Impériale, et le peuple.



Ære Goldheim

Longuement connu sous le nom de Cursus Honorum en Nelva (à tord, car le Cursus Honorum était en fait le dispositif d'évolution militaire), le dispositif de gratification des Citoyens revient sous un nouveau nom, et une nouvelle forme : l'Ære Goldheim. Désormais, vos adorés chefs de section sont (principalement) responsables de vos attribution de médaille. Vous savez désormais à qui aller lécher les pieds (ou casser les genoux, c'est selon votre vision de la diplomatie) si vous voulez protester ou réclamer une médaille.

Pour que vous assimiliez bien le dispositif, on vous laisse bien sûr un lien vers l'article expliquant tout ça, ça se déroule ici.

La première cérémonie de remise des médailles se déroulera le 25 août. Les quotas suivants ont été décidés par les empereurs, selon les quotas définis : 4 médailles pour Overwatch, 5 médailles pour World of Tanks. La Maison Impériale remettra également de manière officielle des distinctions déjà décernées à Nuch83 et Conkistador.


En vrac

C'est arrivé près de chez vous.

Diamond Team

Dans sa poursuite d'un objectif de conquête du monde, la team Overwatch, sous commandement de Cnetom, vient d'obtenir, à l'heure où nous écrivons ces lignes, son quatrième joueur en ligue diamant. Félicitations donc à RemJob pour rejoindre de facto le Roaster A.

On réanime les cadavres

A la croisée des mondes, entre un Silent Hill et un Left4Dead, Goldheim a commencé ses activités de ré-animation de cadavres. C'est ainsi que Opulon, bien-aimé fondateur de Nelva, est revenu d'entre les morts. Certains parlent désormais de réanimer Darthreign.



Discordance

Poursuivons encore notre petit bourrage de crâne pro-Discord. Comme vous le savez déjà, Discord est doux, Discord est frais, et, contrairement à Georges, Discord est très pratique. Vu que même notre Nuch national est désormais sur Discord (ce qui en soit était compliqué, on a du demander à l'UNESCO le droit de déplacer un bâtiment historique...), il n'y a plus aucune raison pour l'éviter ! Alors, rejoignez-nous : https://discord.gg/PbSW5k3

On est 3eme

Sur FallenGalaxy, le classement représente une donnée aussi fiable que la politique des Etats-Unis : Cela peut changer d'un moment à un autre, selon les envies du souverrain à chevelure jaune. Cependant, cela fait désormais 2 mois consécutifs que Goldheim tiens la troisième place au classement général sur FallenGalaxy. Une bonne performance, en soit.



Bientôt deux par semaine ?

Les trompettes de la victoire claironnent sur World of Tanks. Galvanisés par une rencontre à Saumur qui a remis les pendules à l'heure, des bruits de couloirs circulent sur l'éventualité d'une deuxième session hebdomadaire de World of Tanks, pour ceux qui n'arriveraient pas à se libérer le vendredi soir.
Une telle motion sera déposée au vote de la section d'ici à fin septembre 2018.

Touitterisé

Probablement dû aux expériences liées aux morts-vivants précédemment évoquées, le compte Twitter officiel semble avoir repris vie. Ne sachant pas quel avenir ce dernier va trouver, nous vous invitons à le suivre, en cas d'apocalypse nucléaire (ou de panne Discord), on pourrait communiquer là-bas.

@GoldheimFR

Nous soutenir & Finances

On perce encore plus ton portefeuille que Wargaming !

Informations générales

Comme vous le savez, Goldheim nécessite des infrastructures techniques, et un engagement personnel important pour faire avancer la machine. Goldheim, c’est toute une équipe qui s’efforce de vous offrir une qualité de jeu inégalée, et de passer des bons moments.

Peu importe vos moyens ou ce que vous ferez, on vous en remercie. A chaque fois, nous afficherons le montant total récolté sur la période, et leur utilisation, à des fins de transparences. A titre d’information, Goldheim coûte environ 22€ par mois à entretenir, soit 264€ par an, sans compter les frais exceptionnels.

Depuis le 31 décembre 2017, nous avons reçu 202.00€. Les dépenses sont réparties de la sorte :

  • 180€ ont été utilisées afin de créer des t-shirts et des stickers pour Saumur
  • 22€ ont été utilisées afin de payer le serveur

Sur le budget 1 janvier 2018 - 1 août 2018, Goldheim accuse donc d'un déficit de 154€, qui ont été absorbés par la Maison Impériale.



Via PayPal

Simple et rapide. Vous pouvez l’effectuer rapidement via ce lien : https://www.paypal.me/FlorianForestier
(Note : L’argent est envoyé sur le compte PayPal d’Artheriom (Florian Forestier) pour la simple raison que le serveur est directement payé sur son compte bancaire)

Chèque / Espèce

Si vous n’avez aucune confiance en PayPal, vous pouvez nous contacter pour un virement par Chèque ou Espèces. On vous communiquera notre adresse postale (PS : Pas d’Antrax dans les lettres, merci).



Lien cliquable

Si vous n'avez aucun moyen (ou pas envie) de financer avec vos propres deniers, vous pouvez toujours cliquer une fois par jour ici : http://zipansion.com/2SVlz (Des options d'esclavage sont également disponibles, contactez-nous.).


Goodies

Chérie, tu a lavé mon slip en lin Goldheim ?

Informations générales

Pour l'ensemble de nos produits officiels, nous faisons confiance à Redbubble. Nous ne sommes en aucun cas responsable ou compétents en cas de commande sur Redbubble. Veuillez contacter le support de Redbubble à la moindre anomalie. Rassurez-vous, en 5 ans de commandes, on a jamais eu de soucis.

Pour accéder à la page de commande d'un article, cliquez sur son image.
Nous récupérons une commission de 5% sur le tarif que vous payez, hors frais de port.



Mug World of Tanks

L'arme ultime de tout tankiste : Le café.

Stickers FallenGalaxy

Le sticker de FallenGalaxy.



Stickers World of Tanks

Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorainne...

Stickers Goldheim

Remasterisé en HD !

Stickers AM

Le 747 le plus pimpé de l'histoire.
Attention, fin de disponibilité le 31/12/18.



Mug FallenGalaxy

Space Traveller.

Stickers Logo+Bandeau

Au moins, on sait de quoi on parle.



Over the Rainbowatch

La voix de Cnetom.

Bienvenue sur Overwatch !

Bienvenue dans cet article dédié à la section Overwatch ! Cette section venant d'être créée, peu de nouveautés autre que son apparition n’a eu lieu pour l'instant. En lieu et place, nous allons donc voir "mais qu'est-ce que c'est qu’une équipe sur Overwatch".

Comme vous le savez sans doute, Overwatch est un jeu en équipe 6 contre 6, de type FPS (First Person Shooter) et ayant beaucoup de mécaniques de MOBA. En effet, contrairement à un fps classique (comme Call of Duty ou Arma), il y a des rôles clairs et définis, dans lesquels plusieurs personnages sont disponibles. Il y a trois grandes catégories : Les dps, Les heals et les tanks ; eux-mêmes divisé en plusieurs sous-catégories. Mais alors, de quoi est constitué une équipe ? Une équipe étant constitué de 6 joueurs, il nous faut au moins 2 dps ; mais il leur faut 2 tanks pour les protéger, et du coup 2 heals pour maintenir le reste de l'équipe en vie. La constitution normale d'une équipe est :

  • Main tank
  • Off tank
  • Dps hitscan
  • dps projectile
  • Main heal ou burst heal
  • off heal

Ce qui nous amène, pour les plus profanes d’entre nous, à une légère question subsidiaire : "Mais qu'est-ce que c'est que tout ça ?". Demandons donc aux principaux intéressés.

Blue

Question : Bonjour, pouvez-vous vous présenter rapidement ?
Bonjour, je suis Blue, un simple joueur d'Overwatch. Je joue un peu de tout, à peu près tous les rôles, pour être sûr d'être utile dans toutes les situations.

Question : En quoi consiste votre rôle de flex off tank ?
Le off tank est vraiment pratique, car il allie des compétences défensives et offensives, ce qui permet de protéger ses alliés tout en affaiblissant l'équipe adverse.

Question : Quelles sont vos interactions avec les autres membres In-Game ?
IG, moi et mes coéquipiers, on discute, on établit des stratégies pour gagner, et rigolons, de temps en temps.

Question : Et hors-jeu ?
Malheureusement hors-jeu, je ne leur parle qu'assez peu, étant d'un naturel assez timide ; mais je sais qu'ils seront toujours partant pour jouer ensemble.

Question : Quelque chose à rajouter ?
Mei is bae.

Remjob

Question : Bonjour, pouvez-vous vous présenter rapidement ?
Je m'appelle Rem, j'ai 17 ans et je joue à Overwatch depuis maintenant plus d'un an.

Question : En quoi consiste votre rôle de off heal ?
Ce rôle pour moi est un rôle de soutien, permettant plus que le rôle de main heal. La plupart des off heal tels que Zenyatta et Lucio ont une certaine puissance en dehors de leur heal, de bon dégâts (si bien joués) qui permettent de prendre la partie en main. Le off heal doit absolument s'adapter à l’équipe adverse, pour contrer des combos ou se débarrasser d'un ennemi ennuyant.

Question : Et quels sont vos interactions avec les autres membres ?
J'avais une grande appréhension sur les autres membres avant de les rencontrer, je ne voulais pas d'une équipe qui serait vulgaire avec un mauvais vocabulaire, donc au final je suis bien tombé, les membres sont sympathiques et c'est un plaisir de jouer avec eux. Malheureusement je n'ai pas encore eu l'occasion d'approfondir nos relations en dehors des parties, je pense qu'apprendre a se connaitre aiderait pour la cohésion de l'équipe et les affinités. A voir si cela viendra.

Question : Quelque chose à rajouter ?
Un léger manque de parties mais c'est excusable avec les vacances, nous ne sommes pas tous disponibles, cependant nous devrions quand même jouer entre nous, les disponibles.

TheLi4r

Question : Bonjour, pouvez-vous vous présenter rapidement ?
Hello, je suis theli4r, enfin appelez-moi 4 c'est plus court ; j'ai 16 ans et je fais partie de la line-up principale de Goldheim sur Overwatch. Mon rôle dans l'équipe est celui de flex dps et je joue principalement roadhog, genji et reaper. Question : En quoi consiste votre rôle de flex dps ? Pour faire simple, le rôle de flex dps consiste à être le maillon flexible de l'équipe en prenant un personnage adapté à la situation à laquelle on fait face. Par exemple, cela peut consister dans le choix d'un troisième tank dans la composition ou, dans la plupart des cas, jouer comme second dps. Mes dps sont dit à projectiles. Ils utilisent des projectiles à temps de trajet et non pas des projectiles instantané (hitscan). Tout ça ayant pour but de modifier la composition pour que l'équipe puisse s'adapter à une situation donnée. En tant que second dps, les personnages que je joue ont pour rôle de faire la différence et de retourner des affrontements par leurs capacités à infliger une énorme pression par leurs dégâts ou par leurs capacités à se faufiler pour attaquer la deuxième ligne arrière (backline) pour harceler les heals ennemis.

Question : Et quels sont vos interactions avec les autres membres in game ?
Principalement, quand je vais jouer en tant que second dps, dans une composition de type dive (composition très mobile se concentrant sur l'élimination rapide d'une cible en lui sautant dessus à plusieurs) mes interactions vont surtout être importantes avec mes tanks, car, en tant que dps le plus mobile dans cette composition, je dois suivre mes tanks qui lancent le combat pour les aider à éliminer rapidement les cibles. Dans une composition plus lente, je vais surtout devoir interagir avec mes tanks en libérant notre ligne de front en faisant pression sur celle des adversaires par des attaques dans le dos, ou par des dégâts importants sur elle, je réduis la pression de la ligne de front en mettant de la pression à celle des adversaires et forcément j'interagis beaucoup avec l'autre dps car je dois fournir le reste des dommages qu'il ne peut pas faire. Sinon moins souvent, en tant que troisième tank je dois entre-autres aider mes tanks à tenir la ligne de front, infliger de la pression pour aider toujours mes tanks mais aussi protéger les personnages fragiles, situés à l'arrière tel que les supports ou le dps hitscan, quand les adversaires les attaquent. Je dois leur barrer la route et infliger une pression suffisante pour les forcer à fuir, c'est ce qu'on appelle du peeling.

Question : Et hors game ?
Personnellement, je me plais beaucoup dans cette équipe, les interactions que nous avons ne tournent pas forcément qu'autour d’Overwatch, nous avons des moments où nous pouvons parler de stratégies in-game ou de choses à travailler tout autant que ceux où nous parlons de nos vies ou d'autres jeux ou tout simplement raconter un peu n'importe quoi. L'ambiance est à la fois bonne enfant et sérieuse quand il le faut, mes coéquipiers sont à la fois des camarades de jeux mais aussi des amis, nous sommes une grande famille et c'est pour ça que l'équipe peut progresser dans la bonne humeur.

Question : Quelque chose à rajouter ?
En premier lieu, je souhaiterai remercier Cnetom, mon capitaine d'équipe de m'avoir fait intégrer cette grande famille qu'est Goldheim et j'espère que mes explications ont pu être assez claire pour le plus grand monde, j'espère que plus tard vous pourrez nous retrouver dans des tournois amateurs. Mais pour l'heure, je vous remercie de m'avoir écouté et je vous souhaite une bonne fin de journée ou de soirée. A une prochaine si vous êtes intéressé par la progression de l'équipe Overwatch de Goldheim.


La suite au prochain numéro !

Soixante balles siouplait!

La voix d'Artheriom.

La lubie des abonnements premiums des consoles, à l'assaut du monde multijoueur.

Les abonnements payants sur les consoles, c'est devenu au fil des années un standard, approuvé par toute l’industrie vidéo-ludique. Fini les parties de Goldeneye sur Wii sans débourser un sous, les longues heures à partager nos high-scores sur Gran Turismo 5 sans se soucier du coût pour Sony ou les journées à jouer dans les rue de notre ville virtuelle dans Animal Crossing sur DS, à pêcher des poissons et donner nos fossiles au musée, tout en écoutant les musiques de Kéké, au bistro, le soir. Désormais, Sony, Microsoft et plus récemment Nintendo avec la Switch ont décidés de vous redistribuer la douloureuse : un abonnement, mensuel, à payer pour accéder aux joies du monde multijoueur en ligne, comme, par exemple, se prendre un 15-0 sur Call of Duty, ou se faire bannir par un VAC-like sur Forza, au bout de 8 minutes de jeu. Désormais, seul le PC continue son chemin vers le monde du gratuit, du moins, en grande partie. Une seule question se pose donc : Pourquoi les joueurs doivent-ils désormais payer pour des services qui étaient autrefois gratuit ? Multijoueur, mises à jour de contenu, loot-boxes, etc. Autant de contenu désormais payant, via des season-pass, du premium et des DLC, qu’on aurait jamais cru devenir réalité il y à 15 ans. Entre mauvaise foi et véritables raisons économiques, découvrons l’univers de ce petit monde.

Il faut dire que, premier fait important, le nombre de joueurs connectés en ligne a considérablement augmenté ces dernières années, avec l’arrivée à travers le monde des offres à Internet illimité, l’augmentation des débits et surtout du ping, composante essentielle pour un bon jeu. En bref, l’évolution positive de la technologie a également eu pour effet d’inciter les gens à jouer plus, voire pour certains de se mettre à jouer. Les serveurs qui autrefois accueillaient 10 000 joueurs quotidien en reçoivent désormais des centaines de milliers, voire des millions, comme c’est le cas pour Overwatch, ou bien un des vétérans du milieu du multijoueur, Call of Duty. Ainsi, ce ne sont plus que quelques serveurs au fond d’une cave dont les entreprises ont besoin, mais de clusters entiers dédié au calcul et à l’accueil des parties. Les frais du multijoueur, autrefois marginal sur le budget du développement d’un jeu, ont donc explosés, condamnant de fait la notion même d’un multijoueur free-to-play, même sur des triple A.

Le second point important, qui change également la perception du monde du jeu vidéo : De simples fabricants de consoles, Microsoft et Sony sont devenus des concepteurs de jeux-vidéos, mais ils ont surtout développé leur écosystème : PlayStation Now ou XboxLive Gold, services connectés, mises à jours distantes, connexion avec d’autres appareils, streaming, TV, on n’arrête plus les deux mastodontes du monde de la console. Seul Nintendo,qui a pris beaucoup de retard notamment à cause de sa Wii U, ne dispose pas d’autant de services. Enfin, si Nintendo laisse encore une large marge de manœuvre à ses éditeurs, Microsoft et Sony ont repris les choses en main, en exigeant que ce soient eux-mêmes qui hébergent les serveurs de jeu, afin d’être sûr d’offrir à tous une qualité de jeu équivalente, et surtout, durable. Fini les jeux qui ferment pignon sur rue au bout de 4 mois d’existence sans prévenir. Une chose malheureusement trop courante pour nous autres, pécéistes convaincus. Ainsi, les frais évoqués en premier point ne sont plus sur les épaules d’Activision ou d’EA, mais chez Microsoft et Sony; ce qui est idéal pour créer une énorme barrière de péage comme c’est actuellement le cas : Les éditeurs des consoles sont les mêmes que ceux qui vont valider les jeux qui peuvent sortir sur leurs consoles, mais vont aussi être les administrateurs du multijoueur et les percepteurs des droits d’accès. Ainsi, ils se retrouvent en totale liberté de gérer les prix comme bon leur semble, tout en se couvrant d’un prix excessif en rappelant à outrance les frais que coûtent tout les multijoueurs de tout les jeux disponibles sur leurs consoles.

Le principal problème de ce nouveau mode de fonctionnement, c’est que les éditeurs de jeux ont, eux, perdus une source de revenu : On se souviens de quelques jeux, dont Medal of Honor ou des FIFAs du bon vieux temps, qui demandaient déjà des accès payants pour jouer en ligne. Problème pour le consommateur : Si vous aviez 4 jeux à péages, vous payiez 4 abonnements. Ce point négatif était en revanche très bénéfique à ces éditeurs à péages, ou vous pouviez laisser énormément d’argent pour un coût largement moindre en terme de gestion des serveurs. Hors, ces éditeurs ont du trouver une source de revenus de remplacement, d’autant plus que les frais de productions de gros jeux augmentent de plus en plus : Le passage généralisé à la HD, voire la THD (qui n’a rien avoir avec le THC) a demandé des ressources supplémentaires aux studios, notamment d’engager des graphistes, de créer des nouveaux moteurs graphiques très puissants (ou d’en acheter les droits), et ce, pour rappel, au même moment où la fréquentation du multijoueur et donc le coût de maintenance, explosait. C’est ainsi que peu de temps après, les éditeurs ont décidés de créer du contenu additionnel, non pas gratuitement, mais moyennant finances. Les joueurs payent donc pour du contenu supplémentaire dans un jeu qu’ils ont déjà payé, pour subvenir aux besoins du studio.
Et lorsque c’est bien géré, peu de monde se plains. Prenez par exemple RollerCoaster Tycoon. Une partie du “shop” du jeu, où on peut y acheter des constructions, est payante. Mais avec beaucoup d’huile de coude, le joueur pourra avoir un résultat similaire. C’est également le cas pour les jeux Wargaming, ou les voitures dans Forza Motorsport, pour revenir sur console. Dans ces cas là, les contenus sont dit “de rapidité” : Le joueur paye pour ne pas avoir besoin de try-hard le jeu durant 45h. Dans d’autres cas, comme les Sims, c’est largement plus discutable : Les extensions ajoutent des pans entiers au jeu, qui est quasiment sans intérêt sans ces extensions. Par ailleurs, le prix des extensions prohibitifs, dépassant parfois le prix du jeu (comptez 500€ si vous voulez vous faire l’intégrale des Sims 3) prouve que les studios profitent, et abusent surtout de ces DLC, pour se faire un joli pécule.

Mais ces derniers temps, les choses changent. Le scandale amorcé et désormais consommé des loot-boxes de 2017 a provoqué un réveil des organes de surveillance des jeux d’argents, et désormais les pratiques sont de plus en plus encadrés. De même, la colère généralisée des joueurs, protestant contre l’abus des DLC et des mises à jour payantes à provoqué quelques reculs, notamment chez EA et Activision, qui limitent désormais les contenus outrageusement insultant envers la crédulité des joueurs. Pour terminer, les plateformes ont pris leurs mesures, avec notamment des interventions de plus en plus fréquentes de Steam sur son Worshop, mais également de la part de Microsoft et Sony sur leurs stores respectifs. Enfin, Microsoft notamment propose un nouveau pass, le GamePass, permettant d’accéder moyennant une excellente connexion internet et une vingtaine d’euros mensuel, à un catalogue très vaste de jeux, réduisant de facto de manière très drastique le coût pour l’utilisateur final. Reste à savoir comment l’industrie du jeu-vidéo s’adaptera à ce nouveau monde de consommation. Une chose est en tout cas sûre : Le monde du jeu-vidéo n’est qu’au début de sa longue et lente transformation économique, et technologique. L’essort des connexions très haut débit et l’avénement du streaming vidéoludique sont les deux prochaines grandes révolutions que l’industrie va devoir affronter, et surtout, apprivoiser.

Faites vos jeux, rien ne va plus.

Appel à pigistes

Réclame Impériale.

Et si c'était vous ?!

Citoyens, Citoyennes,
Les Journaux de l'Empire, c'est, comme vous avez pu le voir au fil des numéros, de nombreuses informations, mais également une section entiérement ouverte à des contenus originaux et intéressants, tant qu'ils gravitent autour du JV de manière générale. Alors, si vous avez envie de vous exprimer, n'hésitez pas ! Envoyez votre article à la Maison Impériale pour le prochain numéro de fin d'année à contact@goldheim.fr, ou venez nous voir sur Discord !